Vous êtes ici:

6e dimanche de pâques - Sr Thérèse Agnès

Année liturgique 2014-2015 [B]

Dieu est Amour …
Moi aussi, je vous aimés …

Les textes de ce jour évoquent le grand mystère de Dieu, Amour.

Plus que d’une affirmation, il s’agit d’une Révélation, d’un secret, devenu public, révélé.

Sommes-nous habitués, si nous sommes chrétiens, chrétiennes, depuis longtemps à cette déclaration ?

L’apôtre Jean, dans sa première lettre comme dans l’Évangile essaie de nous faire approcher ce mystère et nous en dévoilant quelques caractéristiques :

Il souligne que c’est Dieu lui-même qui a l’initiative "ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, mais c’est lui qui nous a aimé le premier". Nous n’avons pas idée de ce qu’est l’amour ; notre amour est mêlé d’égoïsme, de recherche de nous-mêmes, de nos intérêts plus ou moins cachés. La raison de l’initiative divine, c’est "que nous vivions par Dieu", de Dieu, en Dieu.

Notre plus grand effort sera toujours de croire en cette possibilité qui nous est donnée, d’aimer de l’amour de Dieu, de puiser en lui la source et l’accomplissement de l’Amour. Ceci de façon très concrète, dans nos relations quotidiennes. Croire que nous avons reçu de Dieu la force d’aimer, c’est poser un acte de Foi, un acte Pascal en quelque sorte qui nous conduit au-delà de ce que nous ressentons. C’est une Pâque, parce que nous consentons à mourir à l’idée – et à la réalité- de ce que nous sentons impossible. C’est une façon concrète de prier en ces termes "Seigneur, je sais que je ne peux pas pardonner, recommencer à croire en telle ou telle personne etc. … ; je ne suis même pas sure de le vouloir, mais je crois, j’accepte, j’accueille de toi la force que tu ne manques pas de m’offrir". Là est le véritable enjeu : savoir que nous ne pouvons pas, mais croire que Dieu en nous, peut et veut le faire. C’est pourquoi effectivement "Celui qui n’aime pas n’a pas connu Dieu" en sa toute puissance aimante. "Celui, dit Saint Paul, dont la Puissance agissant en nous est capable de faire au-delà, infiniment au-delà de tout ce que nous pouvons demander ou concevoir". Néanmoins, nous restons libres de consentir ou non à l’action de Dieu en nous, qui peut briser notre cœur en son étroitesse. C’est cela "porter du fruit et un fruit qui demeure".

Ce peut être douloureux et c’est pourtant là, en ce creux de notre cœur que nous expérimentons la joie. "Je vous dis cela, ajoute Jésus, pour que ma joie soit en vous et que cette joie devenue votre, soit complète". C’est la quintessence du chant de Marie en son Magnificat.

Aimer, c’est donner sa vie, c’est partager, c’est accepter de recevoir ce que Christ ne cesse de nous faire connaitre du Père.

En ce temps pascal, demandons la grâce d’expérimenter l’Amour à l’œuvre en chacune de nos vies.

Sr Thérèse Agnès, ra
Philadelphie, États-Unis

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre