5e dimanche de carême - Sr Thérèse Agnès

Carême - Lent - Cuaresma

 

Afin que vous croyiez !
 
Les textes de la liturgie de ce jour nous invitent à la Vie et à une Foi plus profonde en la Puissance de la vie offerte par le Christ.
 
C’est l’essence de la prière que Jésus adresse à son Père "… afin qu’ils croient".
La question est posée à Marthe : "Crois-tu cela ?"
Au moment où Jésus pleure Lazare, certains sont touchés et disent "voyez comme il l’aimait", mais d’autres critiquent le fait que Jésus n’ait pas guéri son ami.
Après la résurrection de Lazare, certains "croient en lui" et d’autres vont trouver les Pharisiens qui décident de "saisir Jésus".
Tant d’attitudes diverses devant les mêmes faits nous appellent à un discernement sur notre relation à Dieu, en Christ.
 
Les trois lectures proposées à notre prière sont un appel à la foi et à la confiance.
 
Ce chapitre 11 de l’Evangile de Jean nous présente Jésus au cœur de nos vies humaines, la sienne et la nôtre ; Jésus, ému aux larmes, Jésus, l’ami fidèle de Marthe, Marie et Lazare.
Jésus, familier de leur maison. Les reproches, denses d’affection et de tendresse des deux sœurs "si tu avais été là, notre frère ne serait pas mort !". Elles avaient pourtant prévenu Jésus, "celui que tu aimes est malade".
Et Jésus qui résiste à nos idées sur lui, "Je me réjouis de n’avoir pas été là" auprès de son ami malade, "afin que vous croyiez" ; il va finalement, avec ses disciples, "auprès de lui" mais Lazare est mort.
Jésus sûr d’être exaucé par son Père, "toujours".
 
Saint Pierre Chrysologue commente ainsi "Il a montré son amour pour son ami non en le guérissant, mais en l’appelant à sortir de son tombeau. Au lieu d’un remède pour sa maladie, il lui a offert la gloire de la résurrection d’entre les morts " (Sermon 63).
 
Comme Lazare, nous sommes appelés à entendre, au cœur de nos multiples morts, spirituelles, affectives, psychologiques, le cri de Jésus "Sors" ; sors de ton tombeau, sors de ce qui t’enferme, sors, même si tu es depuis longtemps dans ta souffrance ou dans ce que tu crois inéluctable, sors, si tu le veux ! Le voulons-nous ? Sommes-nous installés si confortablement dans nos tombeaux que nous préférons y rester ?
Lazare, dont Jésus pleure la mort, sort du tombeau « les pieds et les mains liés et son visage était enveloppé d’un suaire » et Jésus demande "déliez-le et laissez-le aller" Où ? L’avenir de Lazare est pour le moins complexe : nous apprenons au chapitre 12 que "les grands prêtres décidèrent de faire mourir Lazare ", nous ne savons pas ce qui est réellement arrivé !
 
Les larmes et la violence semblent dominer et recouvrent nos cœurs comme d’un linceul : tant de nos frères et sœurs en humanité blessés, dépouillés, endeuillés, découragés ! Pourtant, nous croyons en la puissance de la Résurrection, parce que, comme Paul l’écrit aux Romains "l’Esprit de Dieu habite en nous".
Alors s’accomplit, dès aujourd’hui la parole d’Ezéchiel "Vous saurez que je suis le Seigneur, lorsque j’ouvrirai vos tombeaux et vous en ferai sortir" (Ez.37, 13) .
 
Avec le psalmiste, nous crions vers Dieu "Des profondeurs ( de la souffrance, du péché, de la haine, de la douleur), je crie vers toi, Seigneur, écoute notre appel … j’espère le Seigneur de toute mon âme, j’attends sa parole (sa tendresse, sa paix). Car "près du Seigneur est l’amour".
 
Sr Thérèse Agnès de Balincourt, ra
Philadelphie - Etats-Unis

 


À voir sur le web

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre