Vous êtes ici:

4e dimanche de l’Avent : Sr Thérèse Agnès

Année liturgique 2016-2017 [A]

Joseph, de la justice à l’abandon complet à Dieu


Dans moins d’une semaine, nous célébrerons la fête de Noël. Ce dimanche nos yeux et nos cœurs se tournent vers Joseph : Qui donc est-il ? que savons-nous de lui ? que nous enseigne-t-il ?
Joseph est nommé par l’ange "Fils de David". Fils de Jacob (Mathieu 1,16), Joseph appartient à la tribu royale de Juda, lignée de l’illustre roi David.
Cependant, Joseph appartient à l’immense catégorie des "petites gens", des humbles qui vivent de leur travail. Nous avons deux exemples de l’humilité de la famille : la naissance dans la crèche "parce qu’il n’y avait pas de place pour eux ailleurs" » et l’offrande de deux colombes au moment de la présentation de Jésus au temple.
Joseph est chargé de donner à Jésus son nom, Sauveur, "car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés". Nous savons qu’en donnant son nom à Jésus, Joseph l’introduit dans sa propre lignée et Jésus recevra de Dieu "le trône de David, son père". Dans son Évangile, Luc, explicite clairement que Jésus est de la lignée de David, comme Joseph. Jésus est Fils de David par Joseph qui l’introduit ainsi comme Messie. Ainsi, Joseph est bien plus que le père nourricier de Jésus.


Ce qui nous frappe en Joseph, c’est son silence : aucune parole de lui n’est rapportée dans l’Écriture. Nous ne savons pas s’il a répondu à l’ange, nous ne savons pas comment il a fait savoir à Marie qu’il ne la répudiait pas, même "sans bruit". Nous entendrons Marie lors des retrouvailles avec Jésus au temple dire à Jésus « "vois, ton père et moi, nous te cherchions tout angoissés". Ton père et moi …
Joseph est un homme aimant et respectueux de Marie, il veut lui éviter toute infamie.


Mathieu nous dit que "Joseph était un homme juste", un homme selon le cœur de Dieu, un homme amoureux de la loi donnée par Dieu. En acceptant l’invitation de l’ange, il contredit en quelque sorte la loi ; en fait, il va au-delà ; il découvre en sa propre existence, à travers son trouble et ses hésitations que la loi, pur don de Dieu, le conduit au-delà de lui-même, au-delà de sa propre justice. C’est ce qu’expérimentera aussi Saint Paul qui se considère "un homme irréprochable quant à la justice que peut donner la loi" et pourtant quand il a découvert le Christ il a renoncé à être l’auteur de sa propre justice.
Joseph accueille l’invitation de l’ange "ne crains pas", comme Marie avait entendu l’appel de Gabriel "rassure toi, ne crains pas, n’aie pas peur".


En cette semaine où nous essayons de nous préparer à la venue de Jésus, Sauveur, il nous est bon de redire au Seigneur que nous voulons renoncer à faire notre propre justice, notre propre salut et de lui demander de nous libérer de nos peurs. Alors ce qui sera engendré en nous sera vraiment "de l’Esprit Saint".
Bonne et Sainte fête de l’Incarnation de Dieu en nos vies. Plus prosaïquement, Joyeux Noël !


Sr Thérèse Agnès, r.a.
Philadelphie, États-Unis


À voir sur le web

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre