Vous êtes ici:

3e dimanche du temps ordinaire - Sr Thérèse Agnès

Année liturgique 2015-2016 [C]

Aujourd’hui, s’accomplit ce passage de l’Écriture !

Le contexte de la lecture faite par le scribe Esdras de "la loi de Moise" devant "la Porte des Eaux" est le retour d’exil à Babylone et la reconstruction de la vie religieuse d’Israël. La "reconstruction" inclut non seulement le temple en lui-même, mais aussi la redécouverte de loi. Nous voyons le peuple rassemblé autour d’Esdras, écoutant pour la première fois les commandements de Dieu, nouvellement codifiés.
 La scène, devant la Porte des Eaux, est une Assemblée publique au cours de laquelle la loi est proclamée et entendue par tout le peuple. La proclamation orale de la loi était particulièrement nécessaire, quand les gens ne pouvaient pas lire, et même ceux qui savaient lire n’avaient pas de copie du texte. Esdras parle à tout le monde, "des hommes, des femmes et les enfants qui avaient l’âge de raison", (autour de sept ans).
Cette lecture longue et publique "du petit matin à la mi-journée" n’avait pas juste pour but de familiariser le peuple avec la loi ; elle avait aussi une fonction didactique, la lecture de la loi du Seigneur était interprétée. Esdras, et ceux qui enseignaient avec lui "traduisaient et donnaient le sens, ainsi l’on comprenait la lecture". Cet exercice est ce qui aujourd’hui est recherché dans l’homélie : après la lecture de la Parole de Dieu, le célébrant fait en sorte que cette Parole de vie puisse prendre chair et consistance dans la vie de ceux qui l’écoutent !
C’était la tâche d’Esdras, en tant que prêtre et scribe, de construire la communauté en interprétant la Parole de Dieu. Ce jour-là la prédication d’Esdras provoque les larmes et la tristesse du peuple, qui découvrant la loi constate qu’il ne la met pas en pratique. Alors, Esdras lui-même et Néhémie et les lévites, en fait ceux qui avaient la charge d’enseigner la loi, demandent à la foule de ne pas céder au sentiment de culpabilité, mais au contraire de se réjouir du don de la loi qui leur est fait : "ce jour est Saint, ne pleurez pas".
La loi de Dieu conduit à la joie, pas à la tristesse ou au ressentiment !

Pour Luc, la proclamation de l’Écriture par Jésus est si importante qu’il place l’épisode au tout début de sa Mission. En fait, Luc nous présente Jésus comme le Nouveau Esdras, interprétant l’Écriture pour tout le Peuple.
Mais, à Nazareth, la ville "où Jésus avait été élevé" l’interprétation de l’Ecriture, si centrale dans la vie du peuple Juif depuis le temps d’Esdras et auparavant, prend une nouvelle dimension. Après avoir proclamé la Parole du prophète Isaïe dans le rouleau qui lui a été tendu, Jésus explique l’Écriture à partir de lui- même, en disant "Aujourd’hui, s’accomplit à vos oreilles ce passage de l’Écriture". La stupeur est grande dans l’auditoire ! la promesse de Dieu se réalise en sa Personne !
C’est une déclaration audacieuse et choquante qui réoriente l’interprétation des Écritures pour les disciples de Jésus. Elle signifie que partout les chrétiens lisent la Parole de Dieu à travers le prisme du Christ. Comme Église, notre mission est la même que celle d’Esdras et celle du peuple à qui il s’adressait : entendre la Parole proclamée, y réfléchir et la méditer. Nous réalisons cela aujourd’hui en nous laissant guider par le Messie, celui qui interprète l’Écriture à travers sa vie et sa mort. "À ces mots, poursuit Luc, tous dans la synagogue furent remplis de fureur".

Sr Thérèse Agnès, ra
Philadelphie - États-Unis


Ajouter un commentaire



Dans la même rubrique

Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

Derniers articles

S'inscrire à l'info-lettre