Vous êtes ici:

3e dimanche du temps ordinaire - Sr Thérèse Agnès

Année liturgique 2014-2015 [B]

Quitter …, se convertir

Les lectures de ce Dimanche nous invitent à laisser, à quitter, à abandonner, à nous convertir et à "croire à l’Évangile". 
La première lettre de Saint Paul aux Corinthiens nous donne sans doute une toile de fond, un horizon dans lequel peut s’inscrire et se mieux comprendre l’invitation du Christ à le suivre. 
" … Elle passe la figure de ce monde" et "le temps se fait court". Nous savons, par expérience, que le temps passe très, trop, vite : une année chasse l’autre et, pour certains d’entre nous, nous nous surprenons à dire "il y a dix, vingt, trente … ans, ceci ou cela est arrivé".
 Elle passe la figure de ce monde et nos désirs et nos efforts pour avoir plus, pour être considérés, et nos réussites et nos échecs. Situer notre existence dans ce contexte peut certainement aiguiser notre discernement et diriger nos choix. Ce n’est évidemment pas parce que passe la figure de monde qu’il nous faut nous réfugier dans la paresse ou un faux détachement qui nous ferait rétrécir notre univers et le centrer sur nous-mêmes.

Le psaume 24, psaume responsorial, nous décrit une caractéristique du juste "son âme ne se porte pas vers des riens".
Saint Paul, dans cette même lettre, nous donne la raison ultime : "quand viendra ce qui est parfait, ce qui est imparfait disparaitra" 1C13, 10). Se convertir revient à choisir "ce qui est parfait".

Se convertir, le rappelle le prophète Jonas, c’est "se détourner de sa mauvaise conduite", changer sa façon de vivre, son échelle de valeurs, ses désirs.
C’est, symboliquement et comme le fit le roi de Ninive, se lever de notre trône, quitter ce qui nous rassure et appeler Dieu à l’aide. Il nous faut trouver ce qu’est notre trône, ce sur quoi nous sommes assis, ce qui nous donne assurance et consistance … croyons-nous !

C’est ce qu’ont fait Simon, André, Jaques et Jean à l’appel du Seigneur Jésus. Ils ont laissé leurs filets, leurs familles, leur environnement, leurs barques, leurs moyens de subsistance, tout. Rien ne nous dit qu’ils avaient besoin de se détourner d’une quelconque "mauvaise conduite", mais ils ont, mystérieusement, entendu, suivi l’appel du Christ à un plus dont ils ne connaissaient pas le contenu, la route qu’ils seraient conduits à suivre
L’appel de ces quatre premiers disciples se situe "après que Jean eut été livré", dans un contexte de martyre, d’offrande de sa vie pour le Royaume entrevu en soi et autour de soi. Le livre des Actes nous renseigne au sujet de Jacques "Hérode … fit périr par le glaive Jacques, frère de Jean" ( Ac 12, 2).

Dans le contexte douloureux de ces dernières semaines ou se sont déchainées les passions, prions Dieu de répandre sa Sagesse aimante sur nous et sur le monde.

Thérèse Agnès, ra
Philadelphie, États-Unis

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre