Vous êtes ici:

3e dimanche de l’Avent - Sr Bénédicte Rollin

Année liturgique 2014-2015 [B]

« Au milieu de vous celui que vous ne connaissez pas »

L’évangile de ce dimanche est tiré du premier chapitre de St Jean. C’est le témoignage de Jean Baptiste avant que n’apparaisse Jésus et que les premiers disciples le suivent. L’ensemble du récit 1,19-51 est à lire comme un tout en notant en particulier les multiples manières dont Jésus est présenté (Agneau de Dieu, Messie, fils de Joseph etc.) qui forment comme son portrait théologique. Dans le passage d’aujourd’hui le premier et seul titre qui lui est donné est étonnant et provoquant, car négatif : il est "au milieu de vous celui que vous ne connaissez pas" (v.26).

C’est la première fois que Jean soulève la question de la connaissance ou non-connaissance de Jésus qui est un des thèmes majeurs de son évangile.
Ce thème a ses racines dans l’AT. Le Deutéronome, par exemple, souligne avec force la connaissance de la Parole révélée, la Loi, don merveilleux de l’Alliance, et dans les prophètes on trouve de belles promesses de connaissance, non seulement de la Parole, mais de Dieu lui-même. "Je te fiancerai à moi pour toujours…et tu connaitras le Seigneur" (Os 2,21-22), "Le pays sera rempli de la connaissance du Seigneur, comme la mer que comble les eaux" (Is 11,9), "Ils me connaitront tous, petits et grands" (Jer 31,34). La connaissance de Dieu suppose une attitude active d’écoute et d’accueil, car c’est Dieu qui la donne en se révélant gratuitement. Elle est liée à l’expérience de son pardon, du salut, de l’Alliance redonnée. Elle a un goût d’eschatologie.

Dans son évangile Jean affirme que seul Jésus amène l’humanité à cette connaissance. Jean oppose constamment un faux savoir sur Jésus et la vraie connaissance à laquelle celui-ci invite. Les interlocuteurs de Jésus, surtout dans les chapitres 5 à 10 "savent" très bien d’où il est : de Nazareth, de Galilée (donc ne pouvant pas être le Messie), et qui il est : un séducteur, un Samaritain et un possédé du démon, un blasphémateur, un pécheur qui ne peut être de Dieu, car il n’observe pas le sabbat, un fou, un homme qui se fait Dieu… Cette connaissance reste extérieure, incapable de reconnaître le mystère, elle se ferme dans son autosuffisance, elle devient mensonge. Surtout, elle refuse de voir et est assimilée à l’aveuglement : "Je suis venu en ce monde pour une remise en question, afin que ceux qui ne voyaient pas voient, et que ceux qui voyaient deviennent aveugles", dit Jésus, après le signe de la guérison de l’aveugle-né (Jn 9,39)

A l’opposé il y a la vraie connaissance à laquelle Jésus invite : "Si tu connaissais le don de Dieu", dit-il à la Samaritaine (Jn 4,10)…Cette connaissance est partage de celle, intime, que Lui seul a de son Père. Pour Jn, connaître Jésus veut dire connaître Dieu en vérité. Pour parvenir à cette connaissance, il faut faire la vérité sur soi-même, reconnaître son aveuglement, admettre qu’on "ne connaît pas Celui qui est au milieu de nous" et l’accueillir par la Foi, lui qui est la Lumière et la Vérité, le Logos qui dépasse notre raison, le Dieu paradoxal qui révèle sa Gloire sur la Croix. C’est la Foi, d’après St Jean qui s’épanouit dans cette connaissance, et celle-ci est con-naissance, union, amour.

 Des questions pour nous : Quelles images ou idées toutes faites viennent s’interposer dans ma rencontre avec Dieu ? Comment est-ce que Jésus, et tout particulièrement le Nouveau Né de Bethléem, me déloge de mon savoir sur Dieu et me fait entrer dans la véritable et bienheureuse connaissance, au-delà du savoir et du comprendre ?

Sr Bénédicte Rollin r.a.
Vilnius, Lituanie - Europe du Nord

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre