Vous êtes ici:

30 avril 2016 : message du Conseil général

2012-2018


"La mission au cœur du peuple n’est ni une partie de ma vie ni un ornement que je peux quitter, ni un appendice ni un moment de l’existence. Elle est quelque chose que je ne peux pas arracher de mon être si je ne veux pas me détruire. Je suis une mission sur cette terre, et pour cela je suis dans ce monde. Je dois reconnaître que je suis comme marqué au feu par cette mission afin d’éclairer, de bénir, de vivifier, de soulager, de guérir, de libérer. Là apparaît l’infirmière dans l’âme, le professeur dans l’âme, le politique dans l’âme, ceux qui ont décidé, au fond, d’être avec les autres et pour les autres…" EG 273


Chers sœurs et ami(e)s,


Une nouvelle année d’action de grâce. Une année de plus pour honorer la vie, l’œuvre de l’Esprit dans la Congrégation et l’audace d’une poignée de femmes qui, il y a 177 ans, dans un appartement caché au cœur de Paris, se sont lancées dans l’aventure afin de créer quelque chose de neuf dans l’Église.


Des femmes avec une âme, des femmes habitées par un feu intérieur, porteuses d’une mission et appelées par vocation. "Si une note de musique disait : "je ne suis pas une mélodie à moi toute seule", il n’y aurait pas de musique. Si la pierre disait : "seule, je ne peux pas dresser un mur", il n’y aurait pas de maison. Si la goutte d’eau disait : "je ne peux pas former une rivière", il n’y aurait pas d’océan (...) Si l’être humain disait : "un seul geste d’amour ne peut pas sauver l’humanité", il n’y aurait jamais de justice, de paix, de dignité ni de bonheur sur la terre" [1]. Des femmes qui ont su consentir à un projet se dessinant dans le clair-obscur de la foi. Des femmes qui ont vécu leur temps avec passion.


Il y a un an, nous avons partagé avec vous un itinéraire de préparation au Bicentenaire de la naissance de Marie-Eugénie et de Thérèse Emmanuel, en vous présentant le thème dont le premier aspect nous a guidés toute l’année écoulée : notre vocation ; un don, une aventure, une rencontre. Dans la même ligne, en cette année 2016, nous vous invitons à prendre en compte dans toutes vos activités préparatoires, le deuxième aspect :


La vocation comme un chemin.
Le rêve de Dieu pour nous est dynamique, comme le sont nos possibilités de croissance
Vivons le présent avec passion !


Notre présent, notre monde est l’humus où s’incarne notre vocation. A l’Assomption, nous sommes convaincus qu’il est « lieu de gloire pour Dieu », et c’est dans un dialogue permanent avec la réalité que nous formulons des questions stimulantes, capables de susciter un amour créatif. La réalité nous passionne dans tous les sens du terme. Nous en "souffrons" et elle nous "saisit" ; elle ne nous laisse pas tranquilles. Cette année, en particulier, le présent s’avance avec le drame des réfugiés et des chrétiens persécutés au Moyen-Orient, avec les gestes du Pape François visitant Lesbos en compagnie du Patriarche Bartholomé et de l’Archevêque Ieronymos, avec sa parole de Pasteur, dans l’Exhortation "Amoris laetitia", qui nous invite à accompagner toute situation humaine avec miséricorde. Le présent s’avance avec les peuples souffrant de catastrophes naturelles (au Japon, en Équateur, au Chili, en Uruguay ...), avec nos frères et sœurs malades ou en crise ...
Le présent monte aussi comme un hymne à la vie, une offrande libre et gratuite, un amour désintéressé. Il vient dans la joie sereine et la prière de nos sœurs aînées, dans les nombreux Jubilés de 25, 50, et 60 ans de vie religieuse de nos sœurs, dans l’engagement de tant d’amis laïcs, dans les portes ouvertes de la solidarité, dans les 17 sœurs de la session de préparation aux vœux perpétuels à Auteuil et dans les 8 nouvelles Religieuses de l’Assomption que le Seigneur nous offre en ce mois d’avril, sur trois continents, au Rwanda-Tchad, en Inde, en Atlantique Sud et aux Etats-Unis. 7 d’entre elles prononcent leurs vœux aujourd’hui, 30 avril, tandis que 4 jeunes d’Amérique Centrale et Cuba et une Mexicaine font leur entrée au Noviciat au Nicaragua. Nos cœurs sont pleins de reconnaissance et d’action de grâce.
Le Seigneur nous appelle à construire sur l’Essentiel, sur ce qui dure. Et il nous demande d’avancer sur le chemin de nos différentes vocations, sans jamais nous arrêter, sans ménager aucun effort, aussi petit ou ordinaire soit-il. Peut-être sommes-nous habitués à apprécier ce qui est exceptionnel, extraordinaire, excentrique. Cependant, c’est dans les gestes quotidiens, dans la banalité du présent vécu avec passion, que le mystère prend sa force, rendant possible la germination de tant de formes de vie nouvelle.
Que le souvenir de nos commencements, humbles et petits, mais évangéliquement lumineux et courageux, nous encourage à "rêver avec Dieu, à vouloir construire avec lui un monde où plus personne ne se sentira seul" [2]. Puissions-nous être, pour nos frères et sœurs en Assomption et dans nos « petites sphères », une stimulation permanente de l’Esprit. Que les lumières et les ombres de notre présent nous trouvent « présent(e)s » et disponibles pour "libérer en nous les énergies de l’espérance, en les traduisant en rêves prophétiques, en actions transformatrices et en charité inventive" [3].
Bonne Fête de notre Fondation !!


Martine, Marjo, Carmen, Françoise et Mayi


[1Cf. Karl Rahner, Des paroles au silence

[2Pape François, Discours pour la Fête des Familles et la veillée de prière, Philadelphie (26 septembre 2015), L’Osservatore Romano, éd. en langue française, 8 octobre 2015, p. 12

[3-Pape François, Amoris Laetitia, n° 57



Documents

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre