Vous êtes ici:

30 avril 2015 : 176 ans de fondation

2012-2018

En ce jour où nous faisons mémoire de la fondation de la Congrégation, nous venons partager avec vous la joie de nos 176 années d´existence. Les sœurs du Troisième An qui sont parmi nous – nous formons avec elles une communauté de 20 pays – nous rappellent le miracle d’un charisme qui a pris racine dans des réalités si différentes et reste une présence fructueuse et pleine d’espérance dans plusieurs endroits, et même là où la vie continue d´être menacée. Comment pouvons-nous rendre au Seigneur tout le bien qu’il nous a fait, et tout le bien qui a été fait au long des années, pour tant de sœurs et laïcs de l’Assomption qui se sont inspirés de l’intuition originale et du don d’elles-mêmes de ces premières "jeunes pauvres réunies dans un petit appartement, sans un lieu sur terre” [1] ?

Peu d’années nous séparent de 2017, année particulièrement significative puisque nous ferons mémoire des 200 ans de la naissance de notre sœur aînée, Sainte Marie-Eugénie de Jésus et de celle qui était la "moitié de sa vie" : Mère Thérèse Emmanuel ; celle-ci était pour elle un soutien indéfectible, un témoin et une compagne infatigable dans les années de la fondation. Ensemble, elles se sont laissé façonner par le Seigneur, pour pouvoir fonder quelque chose de nouveau dans l’Église ; ensemble elles ont fondé la Congrégation, et nous voulons les célébrer ensemble. Car nous ne voulons pas oublier que les œuvres de Dieu se réalisent en communauté, que nous ne sommes pas des francs-tireurs qui pointent en solitaires le Royaume, et que tout projet évangélique est plus fécond s´il convoque de nombreuses voix, s’il réunit une grande diversité, s’il se confronte à l’altérité, et se laisse inspirer par cette nuée de témoins...
Et dans notre identité de Congrégation – comme nous le disons souvent – sont présents, la passion d’un amour, la complémentarité, l’internationalité, le catholique, et le défi tenace de la fraternité. Nous voulons donc célébrer tout cela, le partager avec d’autres, nous réjouir. Mais qu’est-ce qui nous pousse à faire cela ?

  1. Célébrez la vie de nos Fondatrices nous permet d’honorer le mystère de l’Incarnation qui fait irruption dans l’histoire humaine et nous laisse dans l’émerveillement du miracle de Dieu, agissant dans l’humble existence de deux femmes. Elles ont tissé ensemble, chacune avec sa grâce particulière et sa vocation unique, accompagnées et inspirées par une communauté et un siècle concret, ce qui est devenu "notre esprit, le premier de nos biens."
  2. L’Année de la vie consacrée nous invite à revenir à nos sources pour y retrouver à nouveau la couleur de notre spécificité, dans le monde et dans l’Église, pour une nouvelle fraîcheur et ardeur dans nos réponses missionnaires. Nous sommes appelés à entrer dans notre propre identité, pour recréer l’amour. Entrer dans un double mouvement : descendre dans la profondeur de notre puits et sortir aux périphéries où le Royaume nous presse.
  3. Toute vie est un miracle, même la plus fragile et insignifiante à nos yeux. Chaque vie a une place dans le cœur de Dieu. Lui, est tombé amoureux de notre humanité au point de décider d’entrer dans notre condition limitée, notre condition temporaire. Nous sommes "des poussières d´étoiles".
    Chaque vie vient avec sa propre partition, un rythme unique, une cadence, une mesure, un mouvement. Elle fait partie de la grande symphonie de la création sortie de la main amoureuse de Dieu. Notre chanson particulière fait surgir le meilleur de ce que nous sommes, et “qui durera jusqu’à l’éternité", avec nos meilleurs désirs, nos possibilités, notre ouverture à la fécondité. Sainte Marie-Eugénie et Mère Thérèse Emmanuel avaient chacune leur propre chanson. Et l’Assomption a la sienne.

Nous croyons que l’Assomption a quelque chose à offrir à notre monde et nous voulons que l’Assomption vive. Nous croyons aussi que notre charisme est invité d’une manière spéciale, à accompagner cette recherche de la "chanson personnelle" de chaque frère et sœur que nous croisons sur le chemin. Le travail pour une culture vocationnelle est pour nous, non seulement une urgence mais "un trait d’identité" qui doit imprégner ce que nous faisons et vivons, et aussi ce que nous célébrons.

Alors pourquoi célébrer la vie, et sur quelle note ? Pour nous rappeler que nous recevons la grâce d’entrer dans l’histoire – comme nos deux mères-, avec le don merveilleux et passionné de notre liberté, pour dire oui au rêve de Dieu pour nous. Et comme elles, nous sommes également invités à honorer la Vie à travers la nôtre avec "le plus de plénitude possible." Pour tout cela, nous aimerions vous proposer une célébration qui se déroulera sur trois ans : une préparation qui culminera dans une célébration de la vie, à la rencontre internationale des jeunes prévue par la Congrégation pour août 2017. Nous aurons un thème commun, un thème qui s´inspire des objectifs de l’Année de la vie consacrée, pour éclairer ces trois années. Ainsi, les activités du Conseil général (visites, réunions, communications avec la Congrégation, etc.) auraient ce thème comme fil conducteur. Nous vous invitons alors à vivre cette préparation en Province, à partir de la même inspiration, avec la créativité qui est la vôtre, de telle manière qu’en 2017 (année du bicentenaire) et en 2018 (année de notre prochain Chapitre Général), nous puissions en récolter les fruits ensemble.

Notre objectif global étant de redécouvrir, de renouveler et de revitaliser notre vocation propre, nous vous proposons comme thème général : "Notre vocation, un don, un chemin, une rencontre".

Et pour cette année 2015 : "Notre vocation : un don, en chemin vers l’autre rive , trouvons notre joie dans la fidélité du Christ !" (thème du CGP 2015)

“Raconter sa propre histoire est indispensable pour garder vivante l’identité, comme aussi pour raffermir l’unité de la famille et le sens d’appartenance de ses membres. Il ne s’agit pas de faire de l’archéologie ou de cultiver des nostalgies inutiles, mais bien plutôt de parcourir à nouveau le chemin des générations passées pour y cueillir l’étincelle inspiratrice, les idéaux, les projets, les valeurs qui les ont mues, à commencer par les Fondateurs, par les Fondatrices et par les premières communautés. C’est aussi une manière de prendre conscience de la manière dont le charisme a été vécu au long de l’histoire, quelle créativité il a libérée, quelles difficultés il a dû affronter et comment elles ont été surmontées. On pourra découvrir des incohérences, fruit des faiblesses humaines, parfois peut-être aussi l’oubli de certains aspects essentiels du charisme. Tout est instructif et devient en même temps appel à la conversion. Raconter son histoire, c’est rendre louange à Dieu et le remercier pour tous ses dons.” [2]

Comme nous y invite le Pape, sachons faire mémoire du passé avec gratitude et réjouissons-nous de la fidélité de Jésus.
Joyeux Anniversaire de la Fondation à toutes et à tous !

Avec notre prière et notre fraternelle affection !

Martine, MarJo, Carmen, Mayi et Françoise

JPEG - 10.5 ko

[1] Chapitre de Mère Marie Eugénie sur l´Anniversaire de la fondation du 2 mai 1884.

[2] Cf. Lettre du Pape François pour l´Année de la Vie Consacrée.


Documents

Dans la même rubrique

Commentaires

Beatrice Leblanc yaguer - 15 août 2015, 00:00

Super
... me gusta mucho !


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre