Vous êtes ici:

2e dimanche de carême - Sr Thérèse Agnès

Année liturgique 2014-2015 [B]

Celui-ci est mon Fils Bien Aimé, écoutez le !

Les trois lectures de ce jour nous parlent d’un père, du Père, aimant jusqu’à l’extrême : Abraham offrant son fils Isaac, Saint Paul aux Romains et Dieu lui-même.

Saint Paul explicite pour nous ce que nous avons coutume d’appeler "le sacrifice d’Abraham", même si en fait c’est Isaac qui est supposé être offert en sacrifice !

Ce que la tendresse de Dieu a évité à Abraham, reconnu comme juste et obéissant, cette même tendresse de Dieu pour nous ne l’a pas épargné à son propre fils, Jésus. "Il n’a pas épargné son propre fils, mais l’a livré pour nous tous".

Jésus est en effet "l’Unique, aimé du Père" offert, donné pour que nous ayons la vie, sa vie, en nous, pour que nous "soyons comblés de bénédictions", pour toujours et quoique nous fassions. Rien ni personne ne peut nous arracher, nous soustraire à cet amour, pas même, et surtout pas nos propres péchés ; personne ne peut nous condamner et chaque fois que nous nous jugeons nous-mêmes ou que nous cédons au sentiment de culpabilité ou que nous manquons de confiance, nous oublions qu’ "il en coute aux yeux du Seigneur de voir mourir les siens", comme le chante le psalmiste. 

Les trois Évangiles synoptiques relatent cet épisode de la vie de Jésus, sa transfiguration, c’est dire l’importance qu’il a eue sur la vie des trois disciples.

La parole du Père est cette fois adressée aux disciples, à chacun de nous "Écoutez-le", écoutez mon Fils, nous dit le Père. Écoutez-le, il est mon bien Aimé, mon unique, celui que j’aime.

Que nous faut-il donc écouter ? que nous dit Jésus ? Juste avant le récit de la Transfiguration, Jésus nous invite à la vie en plénitude et nous indique le chemin, ce même chemin qu’il emprunte. "Si quelqu’un veut venir à ma suite (et nous croyons le vouloir), qu’il se renie lui-même, qu’il se charge de sa croix et qu’il me suive". Se renier soi-même a un sens précis et diffèrent pour chacun de nous : pour l’un se sera renoncer à chercher l’approbation, pour un autre ce sera accepter de pardonner, pour un autre une plus grande ouverture au monde extérieur, ou un effort pour "perdre" du temps avec Dieu dans la prière… D’une façon ou d’une autre, il s’agit en fait de laisser l’Amour s’en prendre à notre petit, ou grand, ego !

"Celui-ci est mon Fils Bien Aimé, écoutez le". Nous sommes invités à écouter l’Amour ! Appelés aussi à fixer nos regards sur "Jésus Seul".

Sr Thérèse-Agnès, ra
Phladelphie - États-unis

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre