Vous êtes ici:

2e dimanche de carême - Sr Bénédicte Rollin

Année liturgique 2015-2016 [C]

Le texte de Luc nous fait contempler Jésus en prière. Il est monté sur la montagne, comme autrefois Moïse et Elie, pour y rencontrer son Père. Un premier temps de notre méditation peut être consacré à un long regard sur Jésus priant. Lc nous dit que son visage apparaît tout autre et que ses vêtements se mettent à resplendir. Reflet de la gloire, expression d’un amour illimité, d’une joie indicible… Jésus aimant son Père, parlant avec son Père, Lui remettant sa vie. Nous pouvons humblement essayer d’imaginer ses mots, les sentiments de son âme humaine.

Jésus, cette fois-ci ne s’est pas retiré dans la solitude du désert, comme l’évangile nous le montrait la semaine dernière, ou comme on le voit d’autres fois prier la nuit. Il a pris "avec lui Pierre Jacques et Jean". Nous pouvons nous arrêter ici aussi. Que veut dire pour moi être invité par Jésus dans le mystère de sa prière ? Apprendre à dire Notre Père dans l’Esprit du Fils ? Apprendre à aimer le Père et surtout à être aimé de Lui ?

Nous ne devons pas nous étonner si cette contemplation qui nous attire est en même temps difficile. Les trois disciples sont accablés de sommeil ! Comme Abraham dans la première lecture, complètement dépassé par la proximité de Dieu qui entre en alliance avec lui. Sommeil de notre impuissance, de nos limites humaines… Mais il y a le moment du réveil où, l’espace d’un instant peut-être, ils entrevoient la gloire de Jésus, c’est-à-dire le mystère, la beauté de son être.

Avec Jésus se montre le Premier Testament, représenté par Moïse et Elie. Unité de l’Ecriture Sainte témoignant toute du même mystère, qui est finalement celui de "l’exode". Jésus réalise le véritable exode, chemin de la servitude à la liberté, de la mort à la vie. Sommes-nous désireux de le suivre sur ce chemin ?

La nuée couvre les disciples, symbole de l’Esprit qui les enveloppe et leur permet d’entendre la voix du Père lui-même. Celui-ci parle de son Fils. Il dit « écoutez-le ». Puis la gloire disparaît, Moïse et Elie aussi, la voix du Père se tait : il reste Jésus seul, à écouter, à suivre.
Il est, nous dit St Paul, le sauveur qui transfigurera nos corps à l’image de son corps glorieux. Ce qui est arrivé à Pierre, Jacques et Jean n’était qu’un aperçu de ce don. Un dernier temps de notre méditation peut être consacré à l’offrande de notre "pauvre corps", notre réalité humaine si fragile, si limitée, à Celui qui nous promet de la transfigurer, et commence cette œuvre déjà aujourd’hui. L’eucharistie est le sacrement de notre communion transfigurante avec Lui.

Sr Bénédicte Rollin, ra
Vilnius, Europe du Nord


Lc 9,28-36


Ajouter un commentaire



Dans la même rubrique

Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre