Vous êtes ici:

16e dimanche du temps ordinaire - Sr Thérèse Agnès

Année liturgique 2012-2013 [C]

Marthe,
tu t’agites pour beaucoup de choses…

Qui de nous ne se reconnaîtrait pas dans ses paroles adressées à Marthe ?

Oui, vous, moi… nous nous troublons, nous nous agitons, nous nous dispersons pour beaucoup de choses, à propos de beaucoup de choses, pour de bonnes et de moins bonnes raisons.

La liturgie de ce Dimanche nous invite à regarder, à nous arrêter, à écouter. C’est-à-dire à essayer de stopper le tourbillon de mots, de sentiments, de pensées, de projets, d’actions… qui nous dispersent, qui nous éloignent de la “meilleure part”.

Abraham est “assis à l’entrée de la tente” , comme Marie est “assise aux pieds du Seigneur”. Par ailleurs, Abraham, comme Marthe, sont désireux d’offrir l’hospitalité au Seigneur. Abraham offre au Seigneur ce que Jésus reprochera à Simon de ne pas lui offrir : “tu ne m’as pas versé d’eau sur les pieds” ; il prépare un repas, il met Sara à contribution ! et il se tient dans une attitude d’adoration et d’humilité. Il ne perd pas de vue la grandeur de celui qu’il accueille.

Marthe aussi reçoit Jésus et le reconnait aussi comme Seigneur ; mais quelque chose en elle est divisé, éparpillé : agitation, anxiété peut-être de ne pas finir à temps et agacement de voir que Marie “ne fait rien” et qu’elle devrait aider…

Pourtant, Marie aussi accueille Jésus et elle l’accueille par l’écoute active de Sa parole ; elle offre à Jésus un coeur, un esprit accueillants. Nous savons tous qu’accueillir quelqu’un, c’est lui offrir un espace en nous-mêmes et nous laisser modifier par celui qui vient.

Ce à quoi Jésus invite Marthe, c’est à ne pas se laisser “absorber”, noyer, engloutir par les multiples soins du service, à ne pas perdre de vue la raison de son service, ni la Personne de Celui qu’elle sert.

C’est ce dont parle Saint Paul dans sa lettre aux Colossiens ; il “réalise l’avènement de la Parole” à travers tout ce qu’il fait. Il “annonce le Christ”. Il ne décrit pas telle ou telle activité, mais il nous offre la trame de son existence, sa recherche jamais satisfaite du Mystère de Dieu en Christ.

La liturgie nous offre l’opportunité de nous interroger sur ce qui unifie notre existence. Qu’est-ce qui, ou Qui est-ce qui donne sens et unité à ce que je fais, ou à ce que j’évite ? quelle est la “toile de fond” sur laquelle s’inscrivent les évènements de notre existence ?

Il s’agit d’unifier toutes nos activités dans le seul désir d’aimer et de servir. Nous savons que cette unité de vie est le fruit d’un long travail ... dont nous ne voyons pas nous-mêmes les fruits !

Ecoutons le conseil de notre philosophe Pascal : "J’ai découvert que tout le Malheur des hommes vient d’une seule chose qui est de ne pas savoir demeurer en repos dans une chambre” (Pascal, Pensées, B 139.)

Que Dieu nous accorde la grâce de savoir demeurer en repos ! Bon Dimanche !

Sr Thérèse Agnès, ra
Philadelphie, USA


À voir sur le web

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

Derniers articles

S'inscrire à l'info-lettre