15, 16 et 17 Octobre

CGP 2009

Les jours passent et nous sommes déjà à la moitié du parcours, ajustant les données des thèmes déjà traités, approfondissant et en nous aidant les unes les autres pour sentir le souffle de l’Esprit et percevoir ensemble par quel chemin Il conduit la Congrégation

- Le jeudi 15, nous avons dédier la matinée à un échange par groupes de continents. Les thèmes : continuer le travail de l’initiative du groupe sur le Charisme., la Commission International de l’Education, la Formation , particulièrement l’étape du noviciat, l’école Sainte Marie Eugénie en Tanzanie ( plus connue, comme l’école du Pape), et la possibilité d’une étude démographique et financier pour la Congrégation.
Assomption Ensemble a fait aussi parti de la réflexion des ces jours . Sr Brigitte nous a présenté le cheminement avec nos frères laïcs depuis le CGP de 2008 , l’importance que nous donnons à l’animation Provinciale, le désir de l’internationalité et le processus entamé pour préparer le Congrès International de 2010. Même si la participation est limité, c’est très important d’impliquer tous nos groupes dans la préparation. Deux expériences ont été partages pendant notre rencontre pour comprendre la vie que le dynamisme d’Assomption Ensemble génère
L’expérience de Jean Claude, Ami d’Abidjan, nous a fait valoriser ce que les laïcs vivent comme transformation personnelle et familiale en prenant contacte avec notre spiritualité, avec la possibilité d’un engagement apostolique. Par son témoignage avec des paroles simples ( « depuis que je connais l’Assomption ma vie a changé ») qui faisaient échos à celles de tant d’autre amis et amies de l’Assomption que nous connaissons, qui vivent cette même dynamique quotidienne d’humble conversion . Sœur Makoto nous exposa la recherche qu’elles font avec les Amis de L’Assomption non chrétiens pour adapter le Chemin de Vie à une autre réalité . Un véritable exercice de dialogue œcuménique.
La question financière et le désir d’autonomie des laïcs, a ce sujet, ne pouvait ne pas être abordé. A partir d’une proposition concrète présenté au CGP par Jean Carlo.
Dans la soirée du Jeudi nous disions au revoir à Raquel (d’Espagne) et nous avons bien remercier nos amis Jean Claude et Jean Carlo pour la richesse de leur présence, simple et fraternelle dans cette étape du CGP

- La Formation retourne à nouveau aux espaces de réflexion. Vendredi 16, nous avons eu une conférence plein de lumières du P. Sidbé Semporé,op, coordinateur de l’Institut de Théologie et Développement Humain pour les jeunes frères dominicains . Il nous présenta sommairement la réalité africaine avec ses points d’attention ( la lutte contre la pauvreté, que en Afrique passe par la lutte contre la faim, la migration, les conflits déshumanisants qui s’expriment par les diverse formes de violence - massacrés, les enfants soldats, la cruauté sans nombre, la corruption, les « messianismes » politiques et religieux ...) et les germes de vie qui parlent d’espérance ( airs de démocratie depuis les années 90, une société civile qui émerge et s’organise, la conscience critique promue par certains moyens de communication privé , l’apparition des grands figures morales ; Mandela, Desmond Tutu, Julius Nyerere , Wangari, Maathai, etc. la lutte contre l’impunité a travers les tribunaux internationales, le développement des organismes su régionaux. Au milieu de tout cela comment se situe l’Eglise et la vie religieuse africaine, ses défis. Vraiment il nous a donne une vision d’ensemble très intéressante qui en même temps interpelle. Dans l’après-midi, a travers les visites aux différents centre de formation, où étudient nos sœurs.
Nous avons pu constater la cohérence avec ceux qui nous avait était dit le matin.

Ceci nous donna une bonne toile de fond pour aborder ce même jour vendredi et en groupes de langue le travail réalisé par la Commission Ratio (projets de formation pour la Congrégation) et le Samedi 17 les documents élaborés par la Commission de Règle de Vie en partant de l’apport des provinces.

Journées très denses, où la réalité (d’Afrique, de nos provinces, de la formation, de notre vie religieuse, d’Assomption Ensemble) nous permet d’expérimenter que nous portons un trésor dans des « vases d’argile » , et que nous désirons ouvrir des nouveaux sillons, en aimant notre temps et en sentant « le poids de la terre ».
Journées de grands coïncidences et convergences dans nos échanges. Journées aussi a vivre en accompagnant nos sœurs de Philippines avec l’incertitude des nouveaux typhons. Les échos du Synode africain nous arrivent toujours réalistes et défiants.

Nous sentons la force de la prière de chacune de vous et du Corps Congrégation pour toutes ces réalités qui nous sont si proches. Demain Dimanche 18, nous aurons une parenthèse bien mérité que nous accueillons avec plaisir, un espace de fraternité dilatant et joyeux.

Sœur Maria. Eugenia Ramirez
Province d’Equateur-Chili

Traduction Soeur Pilar Pasagoiti

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

Derniers articles

S'inscrire à l'info-lettre