Vous êtes ici:

12 octobre, l’après Pepeng à Baguio

2009 - Typhoon "Ondoy"

L’après Pepeng à Baguio

JPEG - 26.3 ko
Amphibian tricycle
http://www.flickr.com/photos/83589168@N00/4000506174/

Toujours bloquée, je vais aider les sœurs et le Conseil du baranggay [1] pour répondre aux besoins urgents de nos voisins. La télévision et les journaux doivent vous avoir donné suffisamment de renseignements et d’images sur les graves dégâts et les pertes en vies humaine, ici, à Banguio-Benguet. Toute une famille, 8 personnes, a été ensevelie dans la boue par un terrible glissement de terrain, le long de l’autoroute Marcos, près de la jonction avec la route de Kitma. La mère, Leonore, a fait ses études à Saint Martin. On n’a pu récupérer les corps que samedi matin, quand la pluie torrentielle s’est arrêtée. Jusque là, la route était barrée à la Grotte de Cristal, on ne pouvait se déplacer, pour aider les opérations de secours. Nous étions toutes les sept dans la salle de gym de barrangay avec les parents de Léonore pour recevoir les 8 cercueils de bois, samedi après-midi. Un profond silence exprimait leur tristesse insondable. Leurs voisins ont aussi perdu leurs maisons et tous leurs biens dans le glissement de terrain, que l’on peut encore voir depuis l’autoroute. Demain, nous irons porter du matériel de secours d’urgence aux 60 familles les plus touchées de notre baranggay. Nos anciennes élèves de Saint Martin mènent les opérations de secours depuis plusieurs jours maintenant. Nous travaillons avec elles.

Nous aidons aussi Mademoiselle Benitez du Café-près- des- ruines ( elle a fait ses étude à San Lorenzo) où des repas chauds sont préparés tous les jours, pour les évacués que les organisations gouvernementales ou autres n’ont pas encore pu atteindre. Son Café est un vrai lieu de brassage. Le personnel a renoncé à son temps libre pour cuire la nourriture. Des amis, d’autres Anciennes de Manille, basées à Baguio, apportent du riz et des légumes chaque jour, même si le prix augmente d’heure en heure, pour soutenir le projet alimentaire. Nous avons contribué par des sacs de riz et des couvertures, et nous avons vu des jeunes et des vieux apporter leurs légumes, etc... Des étudiants volontaires portent immédiatement la nourriture chaude aux différents centres d’évacuation au-delà de la vallée Trinidad. C’est la même magnifique entraide que je vois depuis Ondoy à Manille et ici, après Pepeng à Baggio.

Notre propriété a subi des dommages aussi. Il y a un terrible glissement de terrain devant la sacristie, face à la crique. Catherine a vu les eaux jaillir du sol, même quand la pluie s’est arrêtée, faisant glisser toute la colline vers la crique ! Fr. Jay Alipio a envoyé un architecte-ingénieur pour étudier la situation et donner des conseils. Sœurs Fé et Mélania trouvent tous les moyens pour venir en aide aux besoins. A la une de presque tous les journaux on a montré comment nous sommes coupées de tout, et comme sont dangereuses les tentatives pour traverser la route Kenon. Je demande au Seigneur ce que je fais là...Je commence à comprendre que Dieu veut que je ressente plus profondément les souffrances de son peuple et la grande responsabilité que nous avons de prendre soin de notre terre. Pendant ces jours, je suis restée sur les paroles du psalmiste "je tourne mes yeux vers le Seigneur de qui vient tout secours". Et mon cœur sait que le Seigneur nous viendra en aide. Nous devons être attentives pour accueillir cette aide.

Sœur Regina Victoria
Baguio, le 12 Octobre 2009


[1village


Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre