Vous êtes ici:

 ::11 :: Tout donner à Dieu et tout en attendre

CONSECRATION
JPEG - 9.6 ko


Le plus grand don de la vie consacrée, c’est le don de sa volonté, de sa liberté. C’est là ce que nous donnons à Dieu par l’obéissance. C’est le don de nous-mêmes.


Même parmi les laïcs, il y a des personnes qui veulent servir Dieu parfaitement, et cherchent à être fidèles. Mais c’est autrement que nous nous donnons par le voeu d’obéissance. Dieu a voulu que l’homme soit libre, qu’il agisse par choix. Il est libre, non seulement dans ses actions, mais encore dans ses pensées. Il choisit librement ce qui est bon ou ce qui est imparfait. C’est cette liberté, ce choix que nous sacrifions dans la vie consacrée. Nous donnons notre volonté par le voeu d’obéissance et par l’obligation où nous sommes de tendre à la perfection de l’amour, et de choisir toujours le meilleur.


Je ne dis pas que nous le faisons toujours ! Par nos voeux, nous déterminons notre volonté à choisir le meilleur, autant qu’elle en est capable. C’est cette disposition que nous devons renouveler dans la prière et l’adoration, disant à Dieu sans cesse : "Mon Dieu, je vous donne toute ma volonté, toute ma liberté. Je veux qu’elle soit employée toujours à faire tout ce que vous voulez et ce qui vous est le plus agréable."


En faisant ainsi, nous rendons notre volonté plus forte, plus puissante, plus digne d’un être raisonnable. Qu’est-ce qu’une volonté employée à la médiocrité ? Ce n’est pas une volonté noble et libre. Tandis que nous élevons notre volonté en la donnant à Dieu et en orientant nos choix vers le meilleur.


Nous visons alors, comme les bienheureux, à faire toujours ce qui plaît à Dieu. C’est comme la sainte Vierge, “servante du Seigneur”, dire avec elle à toute heure : "Seigneur, que voulez-vous de moi ? Toutes vos volontés, je les embrasse, je les veux, je les aime. Tout ce que vous voulez, comme vous le voulez, quand vous le voulez" en ajoutant : "Par qui vous voulez." Car les événements nous arrivent souvent du côté où nous ne les attendons pas. Il faut voir derrière ces événements la volonté de Dieu, et nous rappeler le don entier que nous lui avons fait de notre liberté.


Après le don de la volonté, il y a celui du coeur. Il faut que la volonté soit bien à Dieu pour pouvoir vraiment lui donner tout son coeur. Ce don n’est sincère que lorsque, habituellement, on préfère Dieu à tout. L’acte suprême de l’amour, c’est de donner sa liberté, afin de pouvoir dire comme saint François de Sales : “ Je ne veux pas en mon coeur une seule fibre qui ne soit de Dieu et pour Dieu. Si j’en voyais une, je l’arracherais aussitôt. ” Cela ne veut pas dire que nous ne devions pas avoir d’affections- Nous aimons notre père et notre mère. C’est conforme au quatrième commandement, c’est selon la raison et le devoir. Nous nous aimons les uns les autres. C’est la volonté de Dieu d’aimer son prochain, et il n’est pas de prochain plus proche que nos frères et soeurs en religion.


Aimer Dieu par-dessus tout, c’est ôter de son coeur ce qui ne lui plaît pas. Ce n’est pas en ôter les affections légitimes, que la raison éclairée par la foi a approuvées, parce que celles-là sont selon Dieu. Ce dégagement est le fruit de notre chasteté. Pourquoi avons-nous renoncé à fonder une famille, si ce n’est pour être plus libres de nous donner entièrement à Dieu ? “Celle qui reste vierge, dit saint Paul, a le souci des affaires du Seigneur (1 Co.7,34).” Les femmes mariées sont partagées : elles ont des devoirs de famille, des devoirs d’épouses. Nous, nous n’en avons pas d’autre que d’aimer Dieu par-dessus tout, de nous attacher à lui, d’un coeur libre. Voilà ce qu’il faut renouveler à l’adoration.


Ces trois dons se réunissent pour que nous soyons tout à Dieu. Dieu se donne tout entier dans le saint Sacrement. Il est sur l’autel avec tous ses dons, avec toute sa divinité, toute son humanité. Il nous écoute, nous entend, nous bénit. A notre tour, tâchons d’avoir une sainte émulation pour lui rendre aussi quelque chose, et c’est nous-mêmes que nous donnerons sans réserve.


Sainte Marie-Eugénie,
Fondatrice des Religieuses de l’Assomption
D’après une instruction de chapitre du 27 juin 1886


Documents

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre