Vous êtes ici:

 ::04 :: Comme une maman

MARIE

Offrons notre cœur à Marie, confions-le lui, pour que, par sa grande bonté, par sa puissance immense, par le soin continuel qu’elle prend de nous, par son exemple, elle forme en nous les sentiments que nous devons avoir pour notre Seigneur Jésus Christ.

Quand nous sommes dans la sécheresse, quand nous ne savons comment faire des actes d’amour de Dieu, entrons dans la merveille du saint amour qu’est la sainte Vierge, nous y trouverons toujours ce qui vous manque. Éveillons en nous l’extrême désir que la sainte Vierge avait pour notre Seigneur, quand avec les saints prophètes et patriarches, elle appelait de tout son cœur ce Fils unique de Dieu qui devait s’incarner, sans savoir que ce serait en elle. Appelons-le, désirons-le, attendons-le avec ferveur.

Méditons encore le moment où, après l’Incarnation, Marie portait notre Seigneur dans son sein, voyons son humilité profonde, son amour ardent ; puis regardons notre Seigneur Jésus Christ dans le sein de la Vierge, renfermé pour nous, pauvre pour nous, abaissé, anéanti, donné et livré. Adorons Jésus en Marie. Entrons aussi dans les sentiments de Marie à son égard, sentiments de foi, d’adoration, d’amour, d’abandon parfait, d’imitation, de recueillement. 

Quand nous avons de la peine à nous recueillir, allons là ; demandons à Marie notre mère de nous faire part de quelques-unes de ses dispositions qui ont tant glorifié le divin Sauveur. C’est en Marie qu’il a sans conteste trouvé le plus d’amour et de fidélité. Il a pu l’appeler sa mère, en faire sa coopératrice dans le salut du genre humain et déposer en elle tous les trésors du ciel.

Continuons ainsi à suivre la vie de la très sainte Vierge, voyons-la quand notre Seigneur était petit et qu’elle le portait dans ses bras. Que ne faisait-elle pour le servir, pour l’aimer et lui rendre les plus humbles services de la vie ? Elle lavait ses vêtements, préparait sa nourriture, balayait la maison pour lui, lui rendait, en un mot, tous les services qu’une maman rend à ses enfants, qui sont les images de Jésus Christ.

Elle n’avait pas, il est vrai, à répandre la vérité dans une âme pleine de vérité. Mais elle était mère et toujours soigneuse pour lui. Nous, il faut que nous formions le cœur des enfants, cela Jésus le tient comme fait à lui-même.

Sainte Marie-Eugénie de Jésus
Méditation à partir du chapitre du 14 novembre 1875


Documents

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre