Vous êtes ici:

 ::01 :: Beauté divine

BRAISES


Le but et le principe de toutes les vertus que nous avons à pratiquer, c’est l’amour de notre Seigneur. C’est par notre Seigneur, en effet, et pour notre Seigneur que nous devons vivre. C’est vers lui que nous devons tourner toutes les affections, toute la tendresse de notre cœur. S’il est vrai de dire d’un homme mortel :


“Celui qui n’aime pas son frère qu’il voit, est incapable d’aimer Dieu qu’il ne voit pas ? (1 Jn 4,20)” À plus forte raison pouvons-nous l’appliquer à l’Homme-Dieu qui est venu à nous, qui s’est fait notre frère, qui s’est fait notre époux, qui s’est donné à nous, qui veut nous amener à Dieu. Son amour doit donc être le sentiment le plus intime de notre cœur. [1]


Dans un premier mouvement, par lequel on croit se donner sans réserve et sans retour, il semble qu’on ne reculerait devant aucun obstacle, qu’on ne ferait d’opposition à aucun sacrifice, qu’on passerait à travers le fer et la flamme, et qu’on s’exposerait à tous les dangers pour le service de Dieu. C’est très vrai, très sincère, mais c’est la grâce qui porte l’âme dans ce premier moment. Le bon Dieu nous aide, nous soutient par une joie sensible, et, pour ainsi dire, nous porte dans ses bras. [2]


Puis l’Esprit-Saint, nous sanctifie, nous apprend à aimer, à nous abandonner. L’oraison est son école. Là, il inspire aux âmes cette sainte pureté et ces délicatesses d’amour qui les rapprochent de lui. Il leur fait concevoir la beauté de Jésus.


Au fond, c’est cette beauté de notre Seigneur qui nous a tous attirés, bien que de différentes façons, c’est la beauté de sa morale, la beauté de ses enseignements, la beauté de sa personne divine, la beauté aussi de son amour infiniment adorable. Dans sa vie, tout est admirablement beau. Il est beau lorsqu’il sort du sein de son Père, dit Bossuet, il est beau lorsqu’il sort du sein de sa mère et qu’il est couché, par amour pour nous, sur un peu de paille dans la crèche. Il est beau dans les paroles de son Évangile, simples, éternelles vérités qui illuminent les cœurs. Il est beau encore lorsque, tout brisé et couvert de sang, il s’est fait semblable à un ver de terre pour nous sauver.


Mais cette beauté toute divine, c’est l’Esprit-Saint qui nous la fait comprendre Combien de gens passent devant une crèche, devant une croix, et n’en sont pas touchés ! Imprimons chaque jour plus forte-ment dans nos cœurs l’amour de cette beauté toujours ancienne et toujours nouvelle, jamais assez tôt connue, jamais assez aimée, et que nous sommes destinés à posséder pendant l’éternité. [3]


[1Chapitre du 7 septembre 1872

[2Chapitre du 12 octobre 1873

[3Chapitre du 9 février 1873



Documents

Dans la même rubrique


Ajouter un commentaire



Informations légales

Ce site est édité par "Religieuses de l’Assomption" :

Ecusson
  • Religieuses de l’Assomption - 17, rue de l’Assomption 75016 Paris - France
  • Tél +33 (0) 1 46 47 84 56
  • Fax + 33 (0) 1 46 47 21 13

S'inscrire à l'info-lettre